Variétés de vignes résistantes

LES VARIÉTÉS DE VIGNES RÉSISTANTES
Lundi 17 et mardi 18 juin 2019

Objectif de la formation
L’objectif de ce stage est de connaître les variétés de vignes résistantes aux maladies cryptogamiques dans un souci de réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires. Il s’agit également de découvrir leur caractéristiques culturales et œnologiques, ainsi que leurs exigences pédoclimatiques afin que les viticulteurs soient en capacité de les intégrer à leur travail.

PROGRAMME
Lundi 17 juin
Matin : connaître les principales variétés de vignes anciennes et leurs différentes caractéristiques
– Découverte d’une collection de vignes anciennes du réseau Fruits Oubliés
– Pourquoi s’intéresser aux cépages anciens ?
– Tour d’horizon des cépages oubliés, anciens, et des produits qui peuvent en découler (vins, jus…)
– Les cépages autochtones
Après-midi : découvrir des variétés de vigne traditionnels et hybrides résistants aux maladies
– Visite de la pépinière VitiCabrol qui présente une collection de variétés de vigne résistantes aux maladies originaires de France et d’autres pays.
– Pourquoi s’orienter vers des variétés hybrides ou interspécifiques issues de croisements naturels ? Quelles pratiques culturales avec ses variétés ?

Mardi 18 juin
Matin : connaître les nouvelles variétés de vignes résistantes aux maladies
– Visite de l’unité expérimentale de Pech rouge, présentation des travaux expérimentaux qui y sont menés par l’INRA et des innovations technologiques en viticulture et en œnologie
– Présentation des nouvelles variétés expérimentales sélectionnées pour leur résistance à l’oïdium et au mildiou, ou encore leur faible degré d’alcool, leur fort taux d’anthocyanes…
– Visite de parcelles témoins plantées avec des variétés originelles et des parcelles plantées de variétés améliorées génétiquement (non modifiées)
Après-midi : se réapproprier le travail de conservation et de sélection paysanne
– Visite de la collection ampélographique* de Vassal (*discipline commune à la botanique et à l’œnologie traitant des cépages) qui compte près de 4000 variétés de vignes provenant d’une cinquantaine de pays viticoles, dont des vignes originelles françaises.
– Comprendre la variabilité génétique et le potentiel de sélection paysanne par rapport au problème du changement climatique.
– Comment participer à la collection et se réapproprier le travail paysan de sélection ?
– Quelles variétés pour quelles pratiques ? Les adaptations potentielles des variétés aux terroirs, les valeurs agronomiques et culturales…

Dates : lundi 17 et mardi 18 juin 2019

Participation et inscription
Inscription en envoyant ce bulletin d’inscription auprès d’Émilie Rousselle à e.rousselle@vignesentransition.org
• Pour toute question concernant votre inscription contactez
Emilie ROUSSELLE à e.rousselle@vignesentransition.org
• Pour toute autre question (contenu de la formation, déroulement, etc.) contactez
Pierre-Yves PETIT au 06.51.85.77.62

Lieux
Lundi 17 matin : Conservatoire des jardins d’Escoubilles, Chemin de la Bruyère des Salces, 34700 Saint-Privat
Lundi 17 après-midi : Pépinière VITICABROL , 18 Avenue de Belarga, 34230 Plaissan
Mardi 18 matin : Unité Expérimentale de Pech Rouge, 11430 Gruissan
Mardi 18 après-midi : INRA – Domaine de Vassal, Ancienne route de Sète, 34340 Marseillan-plage

Coût pédagogique
Prise en charge à 100% par Vivea pour tout cotisant MSA / cotisant solidaire MSA / personne en démarche d’installation et de création d’entreprise agricole
Financements possibles par votre OPCA (FAFSEA, FONGECIF, Pôle Emploi…).
Financements personnels : 210€ les 2 jours de formation.

Formateur & intervenant
> Pierre-Yves PETIT : Formateur-Consultant indépendant en permaculture. Passionné par le vivant depuis l’enfance. Formé dans les domaines naturalistes et agronomiques. Un temps Agriculteur maraîcher bio et paysagiste, Pierre-Yves œuvre pour davantage de compréhension des modèles naturels et à leur intégration dans le design de nos modes de production. Pierre-Yves est coordonnateur du programme Vignes en transition. https://www.cyclanthere.com
> Des intervenants de chaque structure visitée seront présents pour nous accompagner tout au longs des visites.

Pré-requis
Aucune connaissance ni formation préalable n’est nécessaire.

Qui est concerné ?
Cette formation a pour but d’accompagner prioritairement les viticulteurs et viticultrices, ainsi que les candidat-e-s à l’installation dans leur transition viticole dans le paysage méditerranéen. Pour enrichir les échanges et les savoir-faire, les formations pourront également accueillir tout autre agriculteur-agricultrice intéressé(e) par l’acquisition de savoir-faire pour diversifier sa production ou valoriser le patrimoine naturel en place, ainsi que les organisations disposant de foncier ou gestionnaires de territoires (collectivités, CEN, cdl, AFB, département, Région, etc.).

Autres informations utiles
Hébergement possible dans les environs à la charge des stagiaires.
Restauration : repas tiré du panier.

Effectif : entre 12 et 15 personnes maximum.

Conception holistique

FORMATION : Planifier la fertilité et la gestion de l’eau
à l’échelle d’une ferme en climat méditerranéen

Lundi 15 et mardi 16 avril 2019

La pratique de la monoculture engendre le plus souvent les conséquences suivantes : dégradation et érosion des sols (disparition de la matière organique), perte de biodiversité (naturelle et cultivée), utilisation de biocides (car il ne peut pas y avoir d’équilibre biologique en monoculture) et les conséquences qui vont avec : pollutions des nappes phréatiques et du bassin versant, problèmes de santé humaine, perte de qualité de la production, mécanisation souvent importante qui induit un tassement des sols et la disparition de leur porosité biologique donc aggravation des phénomènes de crue et augmentation des phénomènes de sécheresse des sols. Enfin, on mettra aussi l’accent sur le manque de résilience des modèles en monoculture : un souci sur la production met en péril toute l’activité, et à plus grande échelle les territoires sont dépendants d’autres régions ou pays pour l’approvisionnement de produits alimentaires de base pouvant être produits sur place. A cela s’ajoute le dérèglement climatique qui, avec l’intensification de périodes de sécheresse et d’événements pluvieux, impacte lourdement les productions méditerranéennes.
Ces deux problématiques conjuguées (monoculture + climat) mettent en péril l’avenir écologique donc économique de notre agriculture locale.

Objectif de la formation
L’objectif de cette formation est que les participants soient en capacité d’envisager l’avenir de leur ferme en répondant aux problématiques de la monoculture et du dérèglement climatique cités ci-dessus. Il s’agit d’assurer la durabilité et la résilience (écologique et économique) de leur système agricole. Pour cela, les participants acquerront des connaissances et certains savoir-faire pour optimiser la fertilité globale et la gestion de l’eau sur leur terrain. Cette maîtrise passe par :
– une compréhension du paysage pour l’aménager efficacement et augmenter ses capacités d’autofertilisation et d’hydratation naturelle
– la mise à profit de plusieurs techniques pour optimiser la productivité des parcelles tout en augmentant leur biodiversité : passer d’une monoculture à une polyculture associant arbres, cultures et/ou animaux sur une même parcelle, agroforesterie et pâturage holistique pour redynamiser les cycles biologiques du sol

Nos formations s’attachent à ce que les participants soient en capacité d’envisager la transition de leur propre ferme : il s’agit pour chacun d’acquérir individuellement les moyens d’amorcer globalement sa propre transition et trouver les voies qui seront les mieux adaptées à leur contexte (pédologique, climatique, social, économique).

PROGRAMME
Lundi 15 avril
Matin : Intégrer les bases éthiques de la permaculture et savoir communiquer sur le projet global de son exploitation
– Les éthiques de la permaculture et comment les utiliser comme base pour organiser le fonctionnement d’un système agricole dans son ensemble, intégrant les activités humaines et agricoles et l’environnement.
– Appréhender une activité agricole dans sa globalité, créer une cohérence entre tous les éléments (production, stockage, déplacements, réseau d’eau, animaux, etc.) et les articuler ensemble pour gagner en efficacité
– Identifier les besoins et savoir définir et porter un projet qui combine recherche d’économie énergétique et utilisation des ressources existantes
– Etude de cas : le domaine de l’Oulivie : recherche des synergies à créer pour augmenter l’efficacité de l’activité
Après-midi : Optimiser la fertilité globale d’une ferme grâce à l’ « échelle de la permanence »
– Connaissance des étapes à suivre pour concevoir efficacement des espaces agricoles afin d’optimiser leur fertilité naturelle : méthode de l’«échelle de la permanence relative» de AP Yeoman, qui sert à la planification du paysage en prenant en compte tous les éléments d’une ferme typique et les considère entre eux pour mieux organiser le paysage
– Application au domaine de l’Oulivie : identification des différents éléments (climat, forme du paysage, eau, accès, arbres, infrastructures, parcelles, sol) et comment agir sur chacun d’eux de manière à optimiser la fertilité globale
Mardi 16 avril
Matin : Optimiser la gestion de l’eau grâce aux principes de base de la planification Keyline
– Observer un terrain : sa fertilité et la répartition de l’eau dans le paysage. Repérer les zones humides et les zones sèches, les dégâts éventuels
– Comment mieux répartir les eaux de ruissellement sur un paysage pour augmenter la fertilité de manière homogène sur un terrain et repérer les zones propices à la création des bassins de rétention
– Modélisation et aménagement du paysage pour créer des structures type terrasses, chemins et plantations en courbe de niveau (« keyline design ») pour guider les flux d’eau dans le paysage et optimiser son infiltration
– Le matériel spécifique comme la sous soleuse de type Yeomans.
Après-midi : Les principes du pâturage holistique : les successions écologiques animales et végétales au service de la fertilité globale du domaine.
– Comprendre les cycles d’aggradation des sols
– Les travaux de Alan Savory sur la régénération de steppes désertiques par les herbivores
– Savoir combiner les avantages de différents animaux pour améliorer les sols : exemple des travaux de Joel Salatin
– Observation du terrain et connaître les capacités et conditions pour accueillir différents animaux

Dates : lundi 15 et mardi 16 avril 2019

Participation et inscription
Inscriptions en envoyant ce bulletin d’inscription à Émilie Rousselle à e.rousselle@vignesentransition.org
• Pour toute question concernant votre inscription contactez
Emilie ROUSSELLE à e.rousselle@vignesentransition.org
• Pour toute autre question (contenu de la formation, déroulement, etc.) contactez
Pierre-Yves PETIT au 06.51.85.77.62

Lieu : domaine de l’Oulivie, Combaillaux (34)

Coût pédagogique
Prise en charge à 100% par Vivea pour tout cotisant MSA / cotisant solidaire MSA / personne en démarche d’installation et de création d’entreprise agricole
Financements possibles par votre OPCA (FAFSEA, FONGECIF, Pôle Emploi…).
Financements personnels : 210€ les 2 jours de formation.

Formateurs :
Pierre-Yves PETIT : Formateur-Consultant indépendant en permaculture. Passionné par le vivant depuis l’enfance. Formé dans les domaines naturalistes et agronomiques. Un temps Agriculteur maraîcher bio et paysagiste, Pierre-Yves œuvre pour davantage de compréhension des modèles naturels et à leur intégration dans le design de nos modes de production. Pierre-Yves est coordonnateur du programme Vignes en transition. https://www.cyclanthere.com

Pré-requis : Aucune connaissance ni formation préalable n’est nécessaire.
Qui est concerné ?
Cette formation a pour but d’accompagner tout agriculteur-agricultrice, ainsi que les candidat-e-s à l’installation intéressé(e) par l’acquisition de savoir-faire pour améliorer la fertilité et la gestion de l’eau à l’échelle d’une ferme. Pour enrichir les échanges et les savoir-faire, cette formation pourra également accueillir les organisations disposant de foncier ou gestionnaires de territoires (collectivités, CEN, cdl, AFB, département, Région, etc.).

Autres informations utiles
Hébergement possible dans les environs à la charge des stagiaires.
Restauration : repas tiré du panier.

Effectif : entre 12 et 15 personnes maximum.

Plantes bio-indicatrices

FORMATION PLANTES BIO-INDICATRICES
Mardi 28 mai 2019

Objectif général
Les plantes bio-indicatrices servent de base au diagnostic des sols. Elles permettent de donner des indications sur le sol comme sa structure, sa texture, son pH, les pratiques humaines présentes ou passées, ou encore l’activité des micro-organismes (bactéries, champignons) qui rendent assimilables les éléments du sol par les plantes. Cette méthode permet de réaliser un diagnostic de santé de son sol, rapidement et en autonomie. Nul besoin d’être un expert en botanique : seules les espèces fréquemment rencontrées en climat méditerranéen seront présentées. En « lisant » les plantes bio-indicatrices sur votre terrain, vous pourrez donc savoir ce qui se passe dans votre sol et savoir quoi faire pour corriger ou non la situation.
A l’issue de cette journée de formation, vous serez en capacité de faire un autodiagnostic de votre sol dans le but de faire évoluer vos pratiques pour améliorer la vie de ce sol, pour une meilleure qualité de votre production.

PROGRAMME
Matin : comprendre la méthode de diagnostic des sols par les plantes bio-indicatrices
– Qu’est-ce qu’une plante bio-indicatrice et comment renseigne-t-elle sur l’état du sol ?
– Notions élémentaires d’écologie nécessaires au diagnostic des sols par les plantes bio-indicatrices
– Techniques et méthodes de terrain pour les relevés de plantes bio-indicatrices.
Après-midi : mettre en œuvre un diagnostic par les plantes bio-indicatrices sur une parcelle
– Identification et reconnaissance d’espèces, relevés de terrain et cartographie d’espèces.
– Le fonctionnement des sols agricoles, les facteurs de qualité de la vie d’un sol pour savoir prendre les décisions adéquates pour l’améliorer et optimiser ses pratiques agricoles (apport matière organique, choix de couverts végétaux, travail du sol à instaurer ou à éviter, etc.).

Date : mardi 28 mai 2019 de 9h à 17h

Participation et inscription
Inscriptions auprès d’Émilie Rousselle à e.rousselle@vignesentransition.org en envoyant ce bulletin d’inscription
• Pour toute question concernant votre inscription contactez
Emilie ROUSSELLE à e.rousselle@vignesentransition.org
• Pour toute autre question (contenu de la formation, déroulement, etc.) contactez Pierre-Yves PETIT au 06.51.85.77.62z

Lieu
Domaine Royal de Jarras, RD 979, 30220 Aigues-Mortes

Coût pédagogique
Prise en charge à 100% par Vivea pour tout cotisant MSA / cotisant solidaire MSA / personne en démarche d’installation et de création d’entreprise agricole
Financements possibles par votre OPCA (FAFSEA, FONGECIF, Pôle Emploi…).
Financements personnels : 100 € la journée de formation.

FORMATEURS
Michel VALANTIN : Ethnobotaniste héraultais formateur en horticulture et paysagisme, il connaît parfaitement le territoire méditerranéen français. Il a une approche agronomique fine basée sur une lecture du paysage et de sa flore.
Pierre-Yves PETIT : Formateur-Consultant indépendant en permaculture. Passionné par le vivant depuis l’enfance. Formé dans les domaines naturalistes et agronomiques. Un temps Agriculteur maraîcher bio et paysagiste, Pierre-Yves œuvre pour davantage de compréhension des modèles naturels et à leur intégration dans le design de nos modes de production. Pierre-Yves est coordonnateur du programme Vignes en transition. https://www.cyclanthere.com

Pré-requis : Aucune connaissance ni formation préalable n’est nécessaire.
Qui est concerné ?
Cette formation a pour but d’accompagner tout agriculteur-agricultrice, ainsi que les candidat-e-s à l’installation désireux de mieux connaître leur sol afin d’adapter leurs pratiques culturales. Pour enrichir les échanges et les savoir-faire, cette formation pourra également accueillir les organisations disposant de foncier ou gestionnaires de territoires (collectivités, CEN, cdl, AFB, département, Région, etc.).

 

Autres informations utiles
Restauration : repas tiré du panier.

Effectif : entre 12 et 15 personnes maximum.

Sol vivant (cycle de formation)

UN SOL VIVANT au service des vignes… et du vin

Un sol vivant a une structure et une porosité favorables au développement du système racinaire de la vigne. Il assure les conditions optimales pour le déploiement des micro-organismes participant à la protection et à l’épanouissement des vignes. Un sol vivant est capable d’absorber et de restituer à la vigne l’eau, les minéraux, les éléments nutritifs et les forces de vie nécessaires à sa bonne santé et à sa production. Créer et maintenir un sol vivant, c’est donc optimiser la protection naturelle de la vigne, et la quantité et qualité de son raisin sans intrants.

A l’issue de ces cessions de formation, vous aurez toutes les clés pour diagnostiquer l’état de votre sol et lui redonner vie grâce aux méthodes de régénération de la vie microbienne des sols et de la valorisation de différentes matières organiques comme source de fertilité.

« PLANTES BIO-INDICATRICES » – Mardi 28 mai 2019

Les plantes bio-indicatrices  permettent de réaliser un diagnostic de santé de son sol, rapidement et en autonomie. En « lisant » les plantes bio-indicatrices sur votre terrain, vous pourrez donc savoir ce qui se passe dans votre sol et envisager les actions pour corriger ou non cet état.

Voir le programme détaillé et les modalités d’inscription à la formation PAR ICI.

Pour vous inscrire, merci de remplir ce  bulletin d’inscription et l’envoyer à Emilie ROUSSELLE à e.rousselle@vignesentransition.org

« LES MICRO-ORGANISMES AU SERVICE DES SOLS » – 4 et 5 novembre 2019

Les micro-organismes présents dans les sols ont un rôle central dans l’équilibre et la fertilité des sols. Les produits à base de micro-organismes apportent un réel bénéfice aux cultures, et leurs apports préservent l’équilibre du sol.

Programme détaillé et inscriptions à venir.

LA MATIÈRE ORGANIQUE COMME SOURCE DE FERTILITÉ – 2 et 3 décembre 2019

Un sol vivant bien nourri, c’est aussi une vigne bien nourrie. Dans ces conditions, la protection phytosanitaire pourra être facilitée et mieux gérée. L’introduction des matières organiques dans les pratiques agricoles doit être progressive et judicieusement réfléchie, pour laisser à la vigne et au sol le temps de s’adapter.

Programme détaillé et inscriptions à venir.

Diversifier la vigne (cycle de formation)

SAVOIR MULTIPLIER LES VÉGÉTAUX POUR DIVERSIFIER LA VIGNE A FAIBLE COUT

Les arbres et les arbustes jouent un rôle important au niveau des vignobles ainsi que pour l’environnement. Les diverses techniques de multiplication des végétaux sont utiles pour obtenir des plants d’arbres et arbustes à faible coût, pour ensuite les introduire dans les vignes ou encore pour réaliser et/ou valoriser des zones de vergers, des haies, des brise-vents… Ce sont des techniques très aisément reproductibles, qui n’exigent ni intrants coûteux, ni connaissances particulières, ni longue formation.
A l’issue de ces cessions de formation, vous aurez toutes les bases pour dupliquer vous-mêmes les végétaux simplement, réaliser votre micro-pépinière pour produire les plantes nécessaires à votre vigne ou encore valoriser les éventuelles espèces sauvages déjà présentes.

« Formation à la greffe » 1 et 2 avril  2019 (avec Clément FLEITH www.humuspaysdoc.fr )

Le paysage rural, les haies, les bordures et alentours des vignobles, regorgent souvent d’un patrimoine naturel ignoré, lequel constitue en réalité une véritable ressource s’il est valorisé, et peut ainsi représenter pour l’agriculteur un complément de revenu non négligeable.

Téléchargez ICI le programme détaillé et les modalités d’inscription à la formation.

Pour vous inscrire, merci de remplir ce  bulletin d’inscription pour l’initiation à la greffe

« Multiplier les végétaux » – 14 et 15 octobre

Pour pouvoir produire une grande quantité de matériel de plantation, il est indispensable d’avoir une bonne compréhension des différentes techniques de multiplication des végétaux, de savoir comment gérer une pépinière intégrée à une exploitation agricole, et comment planter sur le terrain et faire le suivi des plants.

Téléchargez ICI le programme détaillé et les modalités de la formation.

Pour vous inscrire, merci de remplir ce bulletin d’inscription pour la formation à la multiplication des végétaux.

CATALOGUE 2019

Découvrez nos formations 2019, pour vous accompagner au mieux dans votre transition :

Obtenez les programmes détaillés et dates de formation en cliquant sur la formation. (Certains programmes sont en cours d’élaboration et seront publiés bientôt)

Tarifs

  • Cotisant MSA / cotisant solidaire MSA / en démarche d’installation et de création d’entreprise ? Nos formations sont prises en charge à 100% par Vivéa (voire conditions de prise en charge sur les bulletins d’inscription)
  • Salarié agricole / technicien / organisme privé ?  Vous pouvez bénéficier d’un financement par votre OPCA (FAFSEA, FONGECIF et autres).
  • Particulier : nous contacter pour un devis.

Qui est concerné ?
Les formations Vignes en Transition sont principalement élaborées pour des vigneron-ne-s et viticulteurs-trices soit en exploitation soit en installation. Elles sont ouvertes à tous les agriculteurs-trices et aux particuliers désireux de diversifier leur production (arbres, céréales, etc.) et de mieux connaître le sol et les méthodes pour créer et maintenir de la fertilité. Pour favoriser la richesse et la transition des territoires, quelques places sont ouvertes aux organisations disposant de foncier ou gestionnaires de territoires (collectivités, CEN, cdl, AFB, département, Région, associations etc.)

Enherbement des vignes (cycle de formation)

Enherber les vignes permet de  re-structurer le sol, le maintenir vivant et fertile, mieux gérer son humidité, et ne plus avoir à labourer. En  augmentant la biodiversité, les vignes sont plus saines et robustes, ce qui favorise à terme la santé de tout-e-s et de nos territoires.  Mais comment instaurer durablement un enherbement permanent des vignes sans diminuer le rendement les 1 ères années ?  Vignes en transition  propose 2 sessions.PARTIE 1″ Enherbement de la vigne : préparation du sol pour un enherbement efficace  » 5 et 6 Mars  2019 (Avec Franck Chevalier www.paysages-fertiles.fr )

Du climat au sol, quels sont les moyens d’actions pour améliorer la fertilité globale des vignes ? Modélisation et aménagement du paysage, amélioration de la structure du sol ou encore pratique de semis direct sont autant de techniques qui vous permettront d’optimiser la fertilité globale de votre vignoble et accueillir un enherbement permanent en confiance.

Téléchargez ICI le programme détaillé et les modalités d’inscription à la formation.

Pour vous inscrire, merci de remplir ce  Bulletin d’inscription_Enherbement de la vigne_Partie 1_pdf

PARTIE 2 « Enherbement de la vigne  :  transition vers un enherbement permanent sans perte de rendement »- 18 et 19 Mars (Avec Johann Lecocq  https://chemincueillant.wordpress.com/)

Faire évoluer son vignoble du labour à l’enherbement permanent sans diminuer la productivité des vignes,nécessite de choisir les bons végétaux d’enherbement,  de savoir quand et comment enherber, gérer et entretenir cet enherbement.

Téléchargez ICI le programme détaillé et les modalités de la formation.

Pour vous inscrire, merci de remplir ce  Bulletin d’inscription_Enherbement de la vigne_Partie 2_pdf

L’inscription aux 2 parties de ce module n’est pas obligatoire mais vivement recommandée.